Haut les mains : Iris Van Herpen

juillet 4, 2022

LA MAIN VISIONNAIRE 

Dans les Métamorphoses d’Ovide, un texte qui a inspiré cette collection, la tisserande Arachné est changée en araignée par Minerve, Daphnée devient un laurier, Vénus transforme le sang de son amant Adonis en fleur… Sans rien parodier, sans rien plaquer, Iris Van Herpen a le secret de ces alchimies poétiques. C’est comme si dans la fluidité de l’eau devenue étoffe, elle avait recomposé tous les affluents, tous les méandres, toute la complexité de la vie.  Sous une pluie de lunes d’or, sa fantasy néo antique convoque les questions du moment. Post humanisme, méta-verses, identités digitales sont au cœur d’une réflexion dans laquelle la main joue son va-tout. Une main affranchie, précise, suivant au millimètre les contours d’un corps en éclosion, en pleine métamorphose donc, à l’image de ces drapés en ondes, ces robes en fibre d’ananas, ces rubans reproduisant des visages. 

Courtesy of Laurence Benaïm

Seize silhouettes « physiques » et trois avatars composent cette galaxie surréelle surgie de son atelier d’Amsterdam où s’activent 28 personnes, des petites mains aux artistes 3 D et ingénieurs. A l’Élysée-Montmartre, le sol semble se dérober, il devient une vaste étendue liquide, une Arcadie offerte aux hybridations de la technologie et de la tradition.  « J’ai toujours dessiné, peint », dit cette gauchère inspirée, à l’allure d’Ophélie, fille d’une danseuse et d’un musicien.  « J’ai joué du violon pendant dix ans » assure la créatrice.  « Le cœur de l’atelier, c’est l’artisanat. Une attention presque chirurgicale, comment en témoignent ces doigts effleurant ces silhouettes sculptées, en apesanteur. C’est en 2023 que le MAD consacrera à Iris Van Herpen sa première rétrospective. En attendant, l’œuvre de Casey Curran, comme tous ces modèles parlent d’un monde sans fin, où des filaments en cuir alternatif dessinent la vraie révolution à venir. Brouillant les frontières entre l’humain et le végétal, Iris Van Herpen fait surgir une plante à l’intérieur d’un squelette aux os d’or. La ligne devient mouvement pur. « Sous les vagues, la mer est dressée, on dirait qu’elle est au ciel » semble chuchoter Ovide à son oreille. 

À lire aussi

Ce Site utilise des cookies techniques destinés à assurer le bon fonctionnement du Site, des cookies de mesure d’audience destinés à produire des statistiques de visite et d’utilisation du Site ainsi que des cookies tiers destinés à permettre l’emploi de fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus, personnaliser vos cookies ou les refuser, cliquez sur le bouton « Mentions légales » ci-dessous.
Mentions légales